Bienvenue dans notre commune

Vague bleue
A A A

A découvrir

Infos : Office du Tourisme Le Pays des Hautes Fagnes – Waimes

Rte de Botrange, 133 – 4950  Botrange/WAIMES

tél : 080/ 44 73 00

 

Rue du Centre, 21/B – 4950 WAIMES

tél : 080/32 98 67

 

E-mail : tourisme@waimes.be

www.waimes.be

 

A découvrir

Véritable toit de la Belgique, les Hautes Fagnes couvrent toute la partie nord du territoire de la commune de Waimes. S’étendant sur un plateau d’une altitude supérieure à 600 m, elles constituent un site remarquable, caractérisé notamment par la présence de tourbières et d’une flore spécifique, dont plus de 4.500 ha sont protégés sous le statut de réserves naturelles. Les visiteurs peuvent s’y promener sur les sentiers et les caillebotis (passerelles en bois), dans les zones « B », sauf lorsque le fanion rouge est hissé.

Infos : www.hautesfagnes.be

L’accès aux zones « C » n’est autorisé qu’aux personnes accompagnées d’un guide mandaté par le DNF.
Infos :  +32 (0)80/79 90 40-41-42-44-45 ou sur www.hautesfagnes.be/contacts2.htm

 

4. Baraque Michel

A cheval sur 3 communes : Jalhay, Malmedy et Waimes.

Ancienne frontière entre la Principauté de Liège au nord et celle de Stavelot –Malmedy au sud. Entre les Pays-Bas (1815), puis la Belgique (1830), et la Prusse jusqu’en 1919.

1er point culminant (674 m) du pays avant d’être supplanté par le Signal de Botrange (694m), suite à l’annexion des Cantons de l’Est par la Belgique en 1919.

Créée par Michel Schmitz de Herbiester (Jalhay) en 1811, l’auberge servait de refuge pour les voyageurs égarés. Parmi ceux-ci figurent le beau-père de Henri-Toussaint Fischbach qui en remerciement érigea en 1830 la chapelle portant son nom.

7. Station scientifique Botrange

Entre le Baraque Michel et le Signal de Botrange, le carrefour entre les RN 676 et 68 porte le nom d’une célèbre montagne suisse proche de Lucerne.

Outre une auberge, on y trouve la Station scientifique des Hautes Fagnes (gérée par l’Université de Liège) avec sa station météorologique. C’est un des points de départ du sentier de la Fagne de Poleur.

A 200 m, en direction de Botrange, côté gauche, une piste de ski de fond (skating) a été aménagée par les Skieurs réunis des Hautes Fagnes (www.srhf.be)

WEBCAM Mont-Rigi

2. Signal de Botrange (Photo Estelle Fontaine)Point culminant (694 m) de la Belgique depuis 1919 (suite à l’annexion des Cantons de l’Est).

Une 1ère tour en bois érigée à l’époque prussienne en 1889 fut remplacée par la tour actuelle, haute de 24 m, construite en 1934.
A l’arrière, la Butte Baltia (aménagée en 1923 par le Haut Commissaire du gouvernement belge pour les Cantons de l’Est) permet d’atteindre l’altitude de 700 m.

Juste derrière se trouvent la Pyramide Tranchot, borne géodésique placée en 1806 (époque napoléonienne), ainsi qu’une borne TP prussienne de 1889.

Face au Signal, c’est la réserve naturelle domaniale de la Fagne Wallonne.

3. Maison du parc

Au travers de la nouvelle exposition Fania, petits et grands découvriront de manière ludique les diverses facettes du haut plateau fagnard; des activités extérieures telles que promenades guidées, excursions en char à bancs ou balades à trottinettes complètent l’offre de la maison du Parc.

Nom :La Maison du Parc - Botrange

Téléphone :+32 (0) 80 44 03 00

Mail :info@botrange.be

Site : www.botrange.be

La Vennbahn : en 1882, l’Etat prussien décide de construire une ligne ferroviaire pour relier l’aciérie de Rothe Erde à Aix-la-Chapelle au bassin minier de la Lorraine, via Luxembourg.

Fin 1885, Sourbrodt, point culminant du trajet (561m) est atteint : un nouveau quartier s’y développe autour de la gare, ainsi que le camp militaire d’Elsenborn et le Domaine de Rurhof.

Après la 2ème guerre, le déclin du chemin de fer s’amorce. En 1990, la Vennbahn sera ressuscitée par une desserte touristique reliant Raeren à Butgenbach ou Trois-Ponts;

10 ans plus tard, ce train touristique est abandonné. La réaffectation en Ravel en 2013 va lui donner une seconde vie. Serpentant de part et d’autre cette ligne des fagnes a la particularité d’être belge en territoire allemand, en application d’une décision prise au Traité de Versailles (1919) ; c’est ainsi que la gare Montjoie (Monschau) est waimeraise !

Vennbahn affiche Vennbahn - Carte intérieure Vennbahn - FR

 

5. Château de Reinhardstein (Photo Jean-Luc Maron)Reconstruit avec passion voici 45 ans, le fier Château médiéval domine la vallée de la Warche, sur son éperon rocheux. Abritant une riche collection d’armes et armures, tapisseries et mobiliers, sa visite est incontournable. Tout au long de l’année, diverses animations y attirent un public varié, tant local qu’extérieur.

 

Nom :Le Château de Reinhardstein

Adresse :Reinhardstein - Chemin du Cheneux 50, Ovifat

Fax :080/44 69 99

Mail :info@reinhardstein.net

Site : www.reinhardstein.net

6. Barrage de RobertvilleLe « Barrage de Robertville » construit sur la Warche entre 1925 et 1929, ce mur de retenue a une hauteur de 54,5 m et une longueur de 182 m.

Son épaisseur à la base est de 38 m (pour 4 à la crête), ce qui représente 57.000 m3 de maçonnerie.

Lors de sa construction, un moulin fut englouti, de même que le pont franchissant la Warche entre Bruyères et Roberville. Créé en 1860 (époque prussienne), celui-ci portait le nom de Waterloo; le nouvel édifice construit en 1928 pour franchir le lac reçut le nom de Haelen (localité proche de Diest, où l’armée belge repoussa l’avancée allemande en 1914).

Le lac s’étend sur près de 80 ha et contient près de 8 millions de m3 d’eau (voir aussi Robertville).

Waimes

9.1. WaimesLe nom de Waimes apparait pour la 1ère fois sous la forme « Vuadeninnas » (petits gués) mentionnant une villa royale, située sur la Via Mansuerisca (reliant Maastricht à Trèves) à l’époque carolingienne.

Suite à la réaffectation en Ravel des anciennes lignes ferroviaires 45 (Trois-Ponts – Waimes- Allemagne) et 48 dite « Vennbahn » (Aix la Chapelle-Trois Vierges), Waimes est le carrefour d’un réseau de voies lentes long de près de 200 km. L’Aire récréative de la Warchenne (plaine de jeux, tennis, pétanque, salle Oberbayern, ..) en constitue le point de départ idéal.

A voir : l’église du 16ème siècle, en style ogival rhénan avec deux nefs jumelles, unique en Belgique, ainsi que la ferme « Ol côr » dans le quartier de Rue.

Sourbrodt

9.2. Monument PietkinEn 1534, Johann Sourbroidt construit une auberge à la lisière de la fagne située sur le territoire du Duché de Luxembourg, mais exploitée par les manants de Robertville (qui dépendaient de la Principauté de Stavelot-Malmedy). Il donne ainsi naissance à un village qui sera en conflit avec son voisin pendant 222 ans ! En 1756, des bornes Marie-Thérèse (d’Autriche) délimiteront leur territoire respectif : Sourbrodt pourra continuer l’extraction de la tourbe en fagne !

Erigé rue de Botrange, à proximité de l’ancienne église du village (choeur classé), le monument Pietkin rappelle le combat du curé du village pour la culture romane pendant le Kulturkampf, à l’époque prussienne.

En 1885, c’est le chemin de fer (Vennbahn) qui arrive : autour de la gare, un nouveau quartier prend vie; le célèbre auteur de BD Comès y verra le jour en 1942. Un monument fut érigé à sa mémoire en 2014 , à proximité du parking de l’Eau Noire, point de départ d’un parcours pédestre dans la Fagne de Sourbrodt, conduisant également au Camp des Russes, au monument des Aviateurs et à une ancienne fosse d’extraction de tourbe.

Robertville

9.3. Lac de RobertvilleEn 1925 commence la construction d’un barrage sur la Warche, visant à réguler le débit de la rivière, à alimenter Malmedy en eau potable et à produire de l’électricité (centrale de Bévercé).

Le vaste plan d’eau ainsi créé va faire de Robertville un lieu de villégiature : l’activité nautique va se développer progressivement sur le site des bains (natation, canotage, pédalo, ..), géré par Syndicat d’Initiative (+32 (0)80/44 64 75 – www.robertville.be).
De belles promenades sur le bord du lac, le long du ru du Quarreux ou dans la vallée de la Warche complètent l’offre de loisirs.

Ovifat

9.4. OvifatCélèbre pour sa piste de ski alpin, le village le plus haut de la commune (600 m) domine les vallées de la Warche et du Bayehon (cascade), lieux privilégiés de promenades pédestres ou de randonnées VTT.

A voir : le château de Reinhardstein (visites guidées : +32 (0)80/44 68 68 – www.reinhardstein.net), mais aussi les anciennes bâtisses en pierres protégées par les « avrûles » (haies hautes de hêtres).

Ses habitants sont surnommés les « baras » (béliers), ce qui conforte l’hypothèse qu’Ovifa(t) signifierait « Fagne des ovins » (moutons), par opposition à Bosfagne (fagne des b?ufs), nom d’un quartier de Sourbrodt dont les habitants sont surnommés les « boûs ».

Faymonville

Seul village à ne pas faire partie de la Principauté abbatiale de Stavelot- Malmedy (mais bien du Duché de Luxembourg), Faymonville échappait à l’impôt levé au 17ème siècle à Waimes pour soutenir la guerre menée contre l’Empire Ottoman, d’où le surnom de « turcs » donné à ses habitants.

En 1895, ayant repéré des monticules le long de la Warchenne, un ingénieur de mines allemand, Julius Jung, comprit qu’il s’agissait de haldes d’orpaillage datant de l’époque celtique: il s’en suivit une ruée vers l’or.

En décembre 1944, Faymonville fut entièrement détruit lors de l’offensive von Rundstedt, obligeant les habitants à fuir sous les bombardements.

Thirimont

9.6. Fromagerie Le Troufleur - ThirimontThirimont offre de magnifiques vues sur la vallée de l’Amblève, que domine le massif des Hauts Sarts (550 m) où est aménagé un parcours Vita.

A l’ouest s’étend la réserve naturelle du Ru des Fagnes; à Grosbois, une grotte abrite Notre Dame de Lourdes, érigée par les paroissiens de Waimes au lendemain de la 2ème guerre, en remerciement pour avoir épargné le village de la destruction lors de l’Offensive von Rundstedt.

Ondenval

9.7. Truite d'OndenvalOndenval est le village le plus bas de la commune (415 m d’altitude), blotti au creux de la vallée dans laquelle le castor a élu domicile, en aval du village.

Selon la légende, la meule sur la place de l’église a été taillée par les « Sotais », petits hommes vivant dans le Wolfsbusch, sur le versant de l’Amblève.

A proximité : le superbe barbecue au « Faye » et le Ravel « Vennbahn » Waimes -St Vith

Outrewarche

Comme son nom l’indique, ce petit village proche de Robertville est implanté au-delà de la Warche, lorsqu’on vient de Waimes, via Gueuzaine et Champagne. Depuis la construction du barrage en 1925, c’est le lac de Robertville qu’il faut enjamber pour y arriver. Plusieurs anciennes fermes s’y abritent derrière leurs haies hautes de hêtre (« avrûles », en wallon).

Champagne

Avec ses constructions traditionnelles en pierres, dont la Chapelle St Jean Baptiste (1722) et la Ferme Martin, ce petit village ne manque pas d’attraits sur le plan touristique (gîtes, camping et restaurant réputé). La vie locale (et celle Gueuzaine) y est animée par l’association « Li Frontchîre Wallonne », particulièrement dynamique.

Gueuzaine

Ce petit village s’est établi le long de la « Voie des Tahots » (route du cuir), par lequel le cuir fabriqué à Malmedy était acheminé vers les marchés allemands de Francfort et Leipzig. Cette route croisait la Via Mansuerisca au lieu-dit « Tioû » (tilleul); plus loin, on trouve encore la petite chapelle St Bernard.

Bruyères

Couverte à l’origine de bruyères, c’est la lande voisine (aujourd’hui connue sous le nom de « Moussîre »), dans laquelle le Ru du Poncé prend sa source, qui a donné son nom à ce petit village. La Croix de la Jeunesse (1843), près de la chapelle N-D de Fatima, et l’ancien abreuvoir (à la sortie du village, en face du camping) y ont été restaurés par ses habitants.

Walk

Autour du majestueux tilleul, sans doute planté en 1702 (date de la construction de la 1ère chapelle, détruite par un V1 en 1943), plusieurs bâtisses en pierre (dont la ferme Melchior datant de 1735) donnent un cachet au cœur du village. A voir aux alentours : le barrage de Robertville, le Nez Napoléon (éperon rocheux surplombant la Warche), le Tchèssion (place forte de l’époque celtique) et la Pierre du Diable (sur les hauteurs de Hockniez).

Libomont

Accroché à flanc de coteau, ce tout petit village de 127 habitants offre de magnifiques panoramas sur le village de Waimes et la vallée de la Warchenne, dans laquelle serpente le Ravel qui traverse l’imposante carrière du même nom.

Steinbach

Accolé à Waimes, ce petit village traversé par le Ravel « Vennbahn » menant à St Vith a donné son nom au ruisseau qui coule vers Ondenval, avant de se jeter dans l’Amblève. Sur les hauteurs, le grès quartzeux est extrait de la carrière de la « Bouhaye », où il est soit concassé, soit taillé comme moellons pour la construction.

Remonval

Séparé de Steinbach par le ruisseau du même nom, c’est avec Libomont le plus petit village de la commune, dans lequel sont implantées quelques imposantes bâtisses en pierre. Belles vues vers la vallée.