Ramassage des encombrants le 17 octobre

Vague bleue
A A A

Sourbrodt

Situation: 7 km au nord de Waimes

Lieux-dits: Gare, Bosfagne, Les Censes, Haut de Sourbrodt, Cwène do Bwès, Noir Thier

Cours d’eau : Rur et Petite Rur

Curiosités: Croix vicinales (12), Avrhûles, Pouhon Pietkin. Monument Pietkin.

Sites remarquables: Hautes Fagnes

Economie: Bois (scieries), Agriculture (élevage), Commerce.

Vie culturelle: Chorale Ste Cécile, Big Band « Echos de la Roer », Entente carnavalesque, G.A.P.S., G.I.S.S.

Vie sportive: F.C. de la Roer, Club des Marcheurs des Hautes Fagnes

Vie religieuse: Eglise St Wendelin (1929)

Kermesse: Pentecôte

Salles: Salle “Al Neûre Êwe”,

Etymologie: On a voulu voir dans Sourbrodt diverses significations allant de « Sauer Brot »), « Pain sûr» à « Zum Broich », « au marais ». En fait le nom de Sourbrodt vient de son premier habitant: Johann Sourbroit.

Tout savoir: Johann Sourbrot, meier von Weywerche, est originaire de Champagne. Après y avoir liquidé son héritage il est venu s’installer en 1533 en bordure du bois d’Averscheidt, ayant obtenu de la Seigneurie de Bütgenbach le droit de s’y établir et d’y défricher les terres incultes. Il payait une redevance, un « cens », d’où le nom « cinsî » et le hameau « les censes ». Les
manants de Robertville qui avaient acquis de temps immémoriaux le droit de pacage sur les terres seigneuriales prirent très mal l’installation du nouveau venu. Si pauvre soitelle, la fagne n’en fournissait pas moins la tourbe pour le chauffage et le foin pour les troupeaux. A peine installé Johann verra ses clôtures démolies par ceux de Robertville.

Ce sera le premier acte d’une longue querelle de 222 ans. Comme le chemin qui traversait les Fagnes et aboutissait au bois d’Averscheidt était assez fréquenté, Johann y établit une auberge qui prospéra, puisqu’au XVIie siècle on l’appelait « Le grand Logis ». La tension entre Robertville et Sourbrodt atteindra son comble en 1708 lorsque les manants de Robertville interdisent l’accès de leur chapelle à ceux de Sourbrodt.

Ceux-ci obtiendront l’autorisation d’ériger leur propre chapelle dédiée à St Wendelin, le patron des bergers. En 1755 pour mettre fin aux conflits, Stavelot et Luxembourg négocieront une ligne de démarcation qui sera délimitée en 1756 par 17 bornes dites Bornes Marie-Thérèse. Mais d’autres conflits surgiront avec Ovifat cette fois. Après la Révolution française les habitants de Sourbrodt rachètent en 1807 la Fagne Wallonne. En 1828 et 1844 l’usage en est clairement établi par une convention.